Benjamin Premier vient de saisir le Secrétaire Général des Nations Unies par requête visant l’ouverture d’une enquête internationale sur les violations gravissimes des droits de l’homme commises en Syrie

Le Patriarche de l’Eglise de l’Unité, Sa Sainteté Benjamin Premier vient de saisir le Secrétaire Général des Nations Unies s, Son Excellence Antonio Guterres en exigeant l’ouverture d’une enquête internationale sur les graves violations des droits de l’homme commises en Syrie.

Le chef de l’Eglise de l’Eglise dans le monde a souligné la nécessité et l’urgence qui nécessite l’ouverture de cette enquête. Les violations graves pratiquées les années dernières et qui sont toujours en cours en Syrie touchent plus de deux millions de chrétiens syriens. Ces violations ont été classées comme suit : les enlèvements, les disparitions forcées, les arrestations, les détentions arbitraires, les extorsions, le viol, l’esclavage et la vente aux enchères des femmes et des filles, la torture physique et psychologique et enfin le génocide.

Cette requête a qualifié le massacre des chrétiens en Syrie et en Irak de premier génocide au XXIème siècle. Ce génocide se déroule sous les auspices des États Membres de l’ONU, tandis que d’autres États Membres de l’ONU appuient ou ferment les yeux sur ce qui se passe. La requête soulignait la nécessité pour l’ONU de prouver sa légitimité face à l’ampleur des crimes commis contre les chrétiens de Syrie et d’Irak, qui constituent des crimes de génocide.

Dans sa requête, le Patriarche Benjamin Premier Abboud a réclamé une enquête, sous juridiction internationale, avec audition des témoins et des victimes pour la manifestation de la vérité en ce qui concerne particulièrement les évêques et les prêtres enlevés dont Mgr Gregorios Yohannna Ibrahim, Mgr Paul al-Yazigi, le Révérend Père Michel Kayyal et le Révérend Père Maher Mahfouz. Cette demande est faite sous le bénéfice de l’extrême urgence étant donné que la présence chrétienne en Syrie est menacée.

Pour conclure, le Patriarche Benjamin Premier ABBOUD a demandé également l’extension du pouvoir de cette enquête pour couvrir les crimes afférents à l’enlèvement d’un très grand nombre de chrétiens parmi ceux qui ont refusé d’abjurer leur foi et dont le sort est inconnu à ce jour, à l’implication de plusieurs pays membres des NATIONS UNIES, aux rapts et la mise en esclavage des femmes enlevées, aux viols des femmes et des enfants mineurs, au déplacement des chrétiens et à la destruction des villages et des églises ainsi qu’aux exactions, aux attaques armées et au noyade de milliers de chrétiens dans la mer méditerranée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.