Sa Sainteté Benjamin Premier Abboud vient de promulguer les nouvelles Règles constitutionnelles révolutionnaires qui ne laisseront aucun ecclésiastique indifférent

Introduction

L’Église de l’Unité est la dénomination officielle de notre Sainte Église.
Elle se réfère à l’Église telle qu’elle est décrite dans les actes des Apôtres.
C’est l’Église qui confirma la foi apostolique et la répandit sur toute la terre.
L’Église de l’Unité est fondée sur le Verbe, sa Tête, et sur Marie, la Vierge Immaculée, notre Mère.
Elle a pour mission l’unité Eucharistique des Églises et la restitution du sacrement de l’Ordre aux Eglises non apostoliques.

DISPOSITIONS GÉNÉRALES
Article 1

L’Église de l’Unité est l’Église qui se réfère à l’Évangile comme une des sources de vérité.
Article 2
Le Chef de l’Église de l’Unité est le Président des Saints Synodes ; il est l’administrateur général de toutes les questions religieuses et administratives de cette Église.
Article 3
L’Église de l’Unité est dotée d’un Tribunal Suprême ; l’autorité judiciaire de son Premier Président s’étend sur toutes les officialités de l’Église.
Article 4
La séparation des pouvoirs vise la protection de ceux qui exercent avec indépendance totale les pouvoirs administratif, judiciaire et social dans l’Église de l’Unité.
Article 5

Le Premier Président ou le Président d’une chambre ou l’Official, s’il est évêque diocésain, doit confier le traitement canonique des dossiers de ses fidèles à un autre Juge.

CHAPITRE I
LES DEGRÉS SACERDOTAUX DANS L’ÉGLISE DE L’UNITÉ

Article 6

Les trois degrés sacerdotaux sont l’épiscopat, la prêtrise et le diaconat.
 L’épiscopat comprend :

  1. le Pontife Général (Sa Sainteté)
  2. Les Patriarches (Sa Béatitude)
  3. Les Métropolites (Sa Béatitude)
  4. Les Cardinaux (Son Éminence)
  5. les archevêques (Son Éminence) et
  6. les évêques (Son Excellence) ;

 La prêtrise comprend :

  1. les Prélats chefs des Prélatures (Monseigneur),
  2. Les Archimandrites (Monseigneur),
  3. Les Pères Abbés des Monastères (Monseigneur s’il est Abbé Évêque ou Révérendissime Père Abbé),
  4. Les archiprêtres (Monsieur l’Archiprêtre ou Père) et
  5. les prêtres (Père).

 le diaconat comprend :

  1. l’archidiacre,
  2. le diacre,
  3. le sous-diacre,
  4. le lecteur,
  5. le chantre,
  6. le portier et
  7. l’exorciste

Article 7
La succession apostolique du Pontife Général provient directement de la lignée apostolique de Saint Pierre Apôtre et tous les évêques de l’Eglise de l’Unité auront cette succession par imposition des mains du Pontife Général ou par Mandat de sa part.
Il est le défendeur de la foi, de la doctrine sainte et des traditions apostoliques et patristiques de l’Église de l’Unité.
Il est le symbole de l’unité du Collège de ses évêques, son représentant et son porte-parole partout. 
Il est l’administrateur de tous ses diocèses et le Père Spirituel de tous ses fidèles dans le monde entier.
Il est le serviteur des clercs et des laïcs.
Son nom est commémoré après celui du Pape et avant celui de l’Ordinaire du lieu dans les différentes églises durant la Liturgie et les prières canoniques. 
Article 8
Le Pontife Général nomme librement les Patriarches, les métropolites, les cardinaux, les archevêques, les évêques et ses Vicaires. 
Article 9
L’évêque est l’un des pasteurs de 1’Église, successeurs des Apôtres. Il est désigné par le Pontife Général. On commémore son nom dans les différentes églises après celui du Pape et du Pontife Général. 
Article 10
Le prêtre administre les sacrements qui lui sont dévolus et s’occupe des questions spirituelles des fidèles dans l’église qu’il sert sous la supervision et la guidance de l’Ordinaire du lieu.
Article 11
Le diacre administre les sacrements qui lui sont dévolus et assiste le clergé dans la célébration de la liturgie.

CHAPITRE II
LE PONTIFE GÉNÉRAL DE L’ÉGLISE DE L’UNITÉ

Article 12
Le Pontife Général est le Président des Saints Synodes. Il est l’administrateur suprême de ses affaires religieuses, spirituelles et administratives, il supervise les questions religieuses, administratives et financières des diocèses, approuve leurs statuts locaux et fait vérifier leurs budgets et leurs bilans par des experts.
Article 13
Le Pontife Général est le seul qui convoque les Saints Synodes.
Article 14
Le Pontife Général préside les réunions des Saints Synodes, approuve et publie ses décrets.
Article 15
Le Pontife Général sacre les évêques conformément au Canon 1754 et charge plusieurs évêques de sacrer un évêque nommé. Il consacre le saint chrême et confère par décret aux évêques le rang de Patriarche, de Métropolite, de Cardinal et d’Archevêquee. 
Article 16

  1. Le Pontife Général ratifie les accords, les actes, les conventions, les documents, les lettres qui se rapportent à des questions concernant l’Église de l’Unité.
  2. Le Pontife Général s’occupe particulièrement de toutes les relations extérieures, des liens avec les autres Églises et des conseils ecclésiastiques locaux, régionaux et internationaux. Il définit le cadre et les limites des relations avec eux. Il lui revient de déléguer ou de dépêcher auprès d’eux des représentants qui suivront ses directives.

Article 17
Le Pontife Général dépêche ses représentants dans des missions ecclésiastiques, culturelles, œcuméniques et autres.
Article 18
Le Pontife Général nomme un clerc, qu’il accrédite comme administrateur, dans les diocèses vacants ou nouvellement créés. 
Article 19
S’il se rend dans un diocèse, le Pontife Général prend place sur le cathèdre de l’église ; il est suivi du Primat, de l’évêque du lieu, puis viennent le Président de la Conférence Episcopale, les Patriarches, les Métropolites, les Cardinaux, les Archevêques, les Evêques selon leur rang et l’ancienneté de leur ordination ; aucun évêque ne tient la crosse pastorale en présence du Pontife Général.
Article 20
Le Pontife Général accorde, à sa discrétion, des décorations aux personnes méritoires.
Article 21
Il revient au Pontife Général d’examiner, corriger, réviser et introduire de nouvelles obligations religieuses ; il supervise le choix des textes et leur édition et délègue des personnes de son choix pour l’exécution de ces tâches ; il a seul le droit de publier tout ce qui est lié à la foi, à la doctrine et aux rites liturgiques. Toute publication non soumise au Pontife Général est nulle et nul effet pour l’Eglise de l’Unité.
Article 22
Le Pontife Général :
a) nomme les Patriarches, les Métropolites, les cardinaux et les évêques.
b) décrète le transfert des évêques d’un diocèse à un autre.
c) accepte ou refuse la demande de démission d’un évêque.
d) modifie les frontières géographiques des diocèses.
e) constitue et décide de la création des diocèses.
f) ordonne la vente ou l’achat d’une ou de plusieurs propriétés de l’Église de l’Unité.
Article 23
Le Pontife Général s’occupe personnellement de la gestion de tous les monastères, toutes les Abbayes et les Prélatures qui relèvent de sa juridiction et des institutions de l’Église de l’Unité. Il détient seul le droit de nommer les administrateurs et les inspecteurs.

Article 24
Tous les diocèses s’acquittent de leurs dus annuels au Siège du Pontife Général à raison de 10% des revenus de leurs biens, outre la levée annuelle des quêtes selon les anciennes coutumes. De même, les abbayes, les prélatures et les monastères versent au Siège du Pontife Général une somme estimée à 20% de leurs revenus annuels et le mentionnent dans leur bilan. Une dispense est toujours possible avec l’accord du Pontife Général.
Article 25
Le Pontife Général inspecte tous les diocèses de l’Église de l’Unité et toutes les églises lorsqu’il le juge nécessaire ; il fait les remarques nécessaires, demande des comptes à l’évêque, aux prêtres aux conseils pastoraux et aux autres institutions. 
Article 26
Le Pontife Général informe les Saints Synodes des activités accomplies durant la période qui s’étend entre les deux synodes. 
Article 27
Le Pontife Général communique personnellement avec les chefs des Églises : Papes (Le Pape de l’Église Catholique romaine et le Pape de l’Église Copte), Patriarches, Catholicos, Métropolites, cardinaux, Archevêques, Évêques et Pasteurs.

CHAPITRE III
L’ELECTION DU PONTIFE GÉNÉRAL

Article 28
Le Siege du Pontife Général est considéré vacant dans les cas suivants:
a) décès.
b) démission ou retraite.
c) fin de mandat de sa présidence tournante.
En cas de décès du Pontife Général, ses proches collaborateurs informent le Doyen des cardinaux de l’Eglise de l’Unité.
Article 29

  1. Les cardinaux de l’Église de l’Unité se réunissent pour élire leur nouveau Chef à la majorité des deux tiers des voix. Il n’est pas tenu compte de la voix de celui qui est absent ou qui n’a pas exprimé son vote par écrit.
  2. Le Doyen des cardinaux réunit les réponses reçues et confirme leur contenu. Le nom de l’élu est immédiatement proclamé dès son acceptation. S’il est encore prêtre, il sera sacré évêque dès son acceptation par le Doyen des Cardinaux.

Article 30
Le nouveau Chef élu de l’Église de l’Unité doit déterminer le lieu dans lequel se trouve son Siège Apostolique durant le mandat de sa présidence tournante de cinq ans à compter du jour de son élection.
Article 31
Le nom du nouveau Pontife Général doit être notifié à qui de droit.
Article 32
Le nouveau Pontife Général élu peut quitter le Siège Patriarcal en cas d’urgence et quand bon lui semble. Il est à même d’apporter des changements au sein de son Siège Apostolique et ailleurs.
Article 33
Le mandat du Pontife Général est pour cinq ans non renouvelable. Chaque Eglise doit avoir droit à un Pontife Général élu de son clergé de sorte que toutes les églises puissent gouverner l’Eglise de l’Unité chacune à leur tour. 
Article 34
Ne peut être candidat à l’élection d’un Pontife Général que l’évêque ou le prêtre dont la piété est reconnue, qui a fait preuve du sens de la gestion, qui possède des connaissances théologiques et littéraires et qui maîtrise au moins deux langues dont l’une est internationale. Son comportement antérieur doit attester, toute sa vie durant, d’une foi solide et d’une vie irréprochable. De même, il doit avoir mené à bien son apostolat. 
Article 35
Ne peut être élu Pontife Général que celui qui a atteint ses quarante ans.
Article 36
Participent a l’élection du Pontife Général les cardinaux et le Premier Président du Tribunal Suprême ou son suppléant même s’il est prêtre ou diacre ou simple laïc (homme ou femme).
Article 37
Après la lecture des articles relatifs à l’élection du Pontife Général par le Premier Président du Tribunal Suprême ou son suppléant et l’invocation du Saint-Esprit, l’élection se déroule dans une grande discrétion sur des listes portant les noms des cardinaux nommés par le Pontife Général. L’électeur reçoit un bulletin coloré et, après en avoir accusé réception, marque visiblement le signe de la croix face au nom qu’il a choisi et dépose le bulletin dans une caisse transparente. Les bulletins ne doivent comporter le nom d’aucun cardinal qui vient d’une église mère d’un ancien Pontife Général avant la tournée complète de toutes les églises. Les bulletins sont alors comptés par le Premier Président du Tribunal Suprême ou son suppléant et le contenu des bulletins est publiquement lu une fois leur validité examinée, une liste des noms est dressée et les bulletins sont brulés après la clôture du procès-verbal. Le Premier Président du Tribunal Suprême procède à l’enregistrement des détails de ces élections dans le registre des procès-verbaux du Saint Synode.
Article 38
Le Président du Tribunal Suprême ou son suppléant demande l’acquiescement du cardinal élu Pontife Général ; s’il l’accorde, on annonce publiquement son nom. Alors, tous les cardinaux se lèvent de leurs sièges et s’inclinent en témoignage de respect au nouveau Pontife Général. Le Président du Tribunal Suprême ou son suppléant annonce alors le nom du nouveau Chef à l’assemblée des fidèles, les cloches retentissent, les prières d’actions de grâce sont lues et le Chef élu les clôture en donnant sa bénédiction.
Article 39
Si l’élu refuse, les élections seront répétées. Les prélats ne peuvent quitter le lieu prévu pour l’élection du Pontife Général avant l’élection d’un nouveau Chef.
Article 40
Si l’élu est un Patriarche, Métropolite, Archevêque, Évêque ou Prêtre, le Premier Président du Tribunal Suprême ou son suppléant se charge d’obtenir son acquiescement et, s’il y a lieu, il peut se faire assister par un interprète juré ou par l’un des cardinaux qui parle la langue maternelle de l’élu.
Article 41
Les biens meubles et immeubles qui seront acquis durant le mandat du Pontife Général de l’Église de l’Unité seront la propriété de cette Église.
Article 42
Le Doyen des cardinaux fera coïncider la date de l’intronisation du Pontife Général élu avec le dimanche qui suit son élection. Les diocèses seront informés pour assister à cette cérémonie.
Article 43
La cérémonie de l’intronisation du Pontife Général se déroule pendant la Liturgie.
Article 44
Le nouveau Pontife Général reçoit les archives et tous les effets inventoriés par l’huissier de Justice.
Article 45
Le Siege Apostolique de l’Église de l’Unité ne peut pas rester vacant sauf en cas de force majeure.
Article 46
Si le Pontife Général désire présenter sa démission avant la fin de son mandat de cinq ans, il convoque une réunion des cardinaux et il leur présente formellement sa démission par écrit, en fournissant obligatoirement les raisons. Les participants tentent de le persuader dans l’espoir de le faire revenir sur sa démission. S’il insiste, l’élection de son successeur se fera en sa présence et, de ce fait, le rôle du Premier Président du Tribunal Suprême sera alors joué par le Pontife Général démissionnaire. Si le Pontife Général arrive à la fin de son mandat de cinq ans, il jouera également le rôle du Premier Président du Tribunal Suprême lors de l’élection de son successeur.
Article 47
Lors des prières dans toutes les Églises de l’Unité du monde entier on commémorera son nom après celui du nouveau Pontife Général qui lui aura succédé.
Fait en Notre Siège Apostolique, le 22 juin 2019.

 Promulgué par nous, BENJAMIN PREMIER, Pontife Général de L’ÉGLISE DE L’UNITÉ, Métropolite de Belgique, Archevêque de Bruxelles

La sentence canonique la plus grave vient d’être rendue par Benjamin Premier

Réduction à l’état laïc du faux musulman et du faux chrétien Hamid Sabri Zakaria ou jean Elias et du criminel Michel NYEMB

Je reçois quotidiennement vos plaintes contre les personnes susmentionnées.

Le comportement du diffamateur et faussaire M. Hamid Sabri Zakaria, du marabout criminel Michel NYEMB et de l’évêque déchu JULES Premier est sans conteste choquant pour un grand nombre d’entre vous et vous voulez qu’il soit réduit à l’état laïc.

Les poursuites canoniques ont contribué à la déchéance de ces trois individus.

Mais vu la gravité des faits, je suis contraint de prendre la décision la plus grave et de réduire à l’état laïc Monsieur Hamid Sabri Zakaria qui est un faux religieux et Monsieur Michel Nyemb en tant que marabout et criminel.

En ce qui concerne JULES PREMIER, je lui donne jusqu’au 15 août pour l’inviter à se convertir, à restituer le solde des sommes qu’il a volées aux jeunes évêques camerounais, la cathèdre du Primat et la couronne patriarcale qui sera portée par le nouveau Primat.

Cette décision ecclésiale est irréversible et sans possibilité d’appel.

++++ Benjamin Premier

Pontife Général

A

Le traître JULES PREMIER est déchu de tous ses titres et son Patriarcat est mis à néant par le Pontife Général

Annulation de la Bulle du Pontife Général numéro 3719/2/CAMEROUN/2019

Annulation de la création d’un Patriarcat Orthodoxe de l’Unité au Cameroun ainsi que du couronnement de son Primat déchu de ses titres de Patriarche, de Métropolite et d’Archevêque, le dénommé JULES PREMIER

BENJAMIN, PONTIFE GENERAL, SERVITEUR DES SERVITEURS DE L’EGLISE DE L’UNITE, dans le respect de la Constitution de notre Eglise, de ses Règles Constitutionnelles et en application du canon 357 du Code de Droit de I’Eglise l’Unité, avons décreté l’annulation de la création d’un Patriarcat Orthodoxe de l’Unité au Cameroun, de la destitution, de la déchéance des titres de Patriarche, de Métropolite et d’Archevêque de JULES PREMIER.

La Primature de JULES PREMIER est nulle et de nul effet. Un nouveau Primat sera élu aujourd’hui-même.

Nonobstant toutes choses contraires.

Fait à Bruxelles le 20 juillet, en l’an du Seigneur 2019, troisième année de notre pontificat général,

 Benjamin Premier
  ++++ Pontife Général

Sa Sainteté Benjamin Premier nomme le Patriarche ISIDORE PREMIER en tant que Primat élu du Cameroun

Bulledu Pontife Généralnuméro20719/1/4/CAMEROUN/2019

Nomination du nouveau Primat élu et son élévation au rang de Patriarche de l’Eglise de l’Unité au Cameroun

BENJAMIN, PONTIFE GENERAL, SERVITEUR DES SERVITEURS DE L’EGLISE DE L’UNITE, dans le respect de notre Constitution, de nos RèglesConstitutionnelles et de notre Code de Droit Canonique, avons admis l’élection canonique de Son Eminence Isidore Célestin AMBASSA en tant que nouveau Primat de notre Eglise au Cameroun.

Cette nomination lui donne la dignité de Patriarche et son nom apostolique sera ISIDORE PREMIER DU CAMEROUN.

Son couronnement et celui de ses frères GUSTAVE PREMIER et PETRUS PREMIER auront lieu durant la prochaine visite apostolique du Pontife Général. 

Cette nomination produira son effet aujourd’hui-même le 20 juillet 2019.

Nonobstant toutes choses contraires.

Fait à Bruxelles le 20 juillet, en l’an du Seigneur 2019, troisième année de notre pontificat général,

Mar Mariam Michaelus Nkoa épinglé, qualifié d’hérétique et excommunié

Mar Mariam Michaelus Nkoa épinglé par le Tribunal Suprême, qualifié d’hérétique et excommunié

Acte du Tribunal Suprême numéro 21719/1/CAMEROUN/2019

Excommunication de MAR MARIAM MICHAELUS NKOA

LE TRIBUNAL SUPRÊME DE L’EGLISE DE L’UNITE saisie en extrême urgence, vient d’excommunié des églises de l’Unité et du Corps Mystique du Christ le dénommé Mar Mariam Michaelus Nkoa pour les raisons suivantes.

Cet excommunié (Mar Mariam Michaelus Nkoa) a fait une circulaire diffamatoire qui fera l’objet lundi prochain d’une plainte pénale au Parquet du Procureur du Roi de Bruxelles.

D’après cette circulaire l’excommunié (Mar Mariam Michaelus Nkoa) se donne de l’importance et se prend pour un représentant de l’Etat camérounais. Or, l’Etat camérounais a son président et ses représentants

1) En ce qui concerne le sacre épiscopal de Sa Sainteté Benjamin Premier

Dans sa lettre du 21 octobre 2015, le Nonce Apostolique de Bruxelles, Mgr Giacinto BERLOCCO a confirmé à l’ancien Président de l’épiscopat belge S. E. Mgr André Léonard, que Sa Sainteté Benjamin Premier est évêque et a « reçu l’ordination épiscopale le 21 mai 2015 » (cf. Cote D 210 pages 10 et 11 de la Commission Rogatoire Internationale diligentée par le magistrat instructeur dans le cadre de l’affaire qui m’oppose à Monsieur Michel SAFFROY et son fils Florian ).
Cette affirmation vient de l’ancien représentant du Pape François en Belgique et cette attestation doit être suffisante. L’excommunié Mar Mariam Michaelus Nkoa-EOA ne peut en aucune façon contester une autorité aussi haute que le Siège Apostolique de l’Eglise Catholique Romaine.
2) En ce qui concerne l’excommunication dont question,
Il a été prouvé que cette excommunication est une aberration canonique ; les excommunications afférentes au sacre épiscopal reviennent au Siège Apostolique de l’Eglise Catholique Romaine d’après le canon 1382 et non à un évêque melhite qui se prend pour le Pape François ou le Siège Apostolique. Cette excommunication existe donc dans l’imagination fertile de l’excommunié Mar Mariam Michaelus Nkoa qui dénuée de toute éducation écclesiastique.

3) En ce qui concerne la validité des actes religieux

Le sacre épiscopal de Sa Sainteté Benjamin Premier et sa succession apostolique sont reconnus par le représentant du Pape François à Bruxelles et les actes déposés par le Pontife Général sont tous valides. Les accusations de Mar Mariam Michaelus Nkoa-EOA prouvent que cet excommunié est un hérétique donatiste avéré et son excommunication s’impose.

4) Sur l’ignorance canonique dont question dans l’écrit imaginaire de l’excommunié

Sa Sainteté Benjamin Premier était Juge dans l’Eglise Catholique et Premier Président du Tribunal Suprême de l’Eglise de l’Unité et qu’en cette qualité il excommunié le Patriarche NICOLAS PREMIER au mois d’octobre 2017. L’excommunié est donc malvenu à prétendre le contraire et à se prévaloir des connaissances canoniques et pastorales alors que son écrit le trahit.

5) Sur les propos calomnieux de l’excommunié

En tant que belge, Sa Sainteté Benjamin Premier, déposera, par son avocat, une plainte pénale à l’encontre de l’excommunié pour diffamation et ce dernier demandera à Monsieur le Procureur du Roi de l’annexer à celle déposée le 14 mai 2019 contre le Patriarche NICOLAS PREMIER et le Métropolite Mathieu de Jésus.
Cette plainte porte le numéro de Référence BR19BC39970. En effet, Sa Sainteté Benjamin Premier constate que certains passages dans l’écrit de l’excommunié constituent des faits prévus et réprimés par le Code Pénal. Il appartient donc au Juge pénal de punir Mar Mariam Michaelus Nkoa-EOA en tant que délinquant pour faux, usage de faux, diffamation et atteinte à la dignité et à l’honneur d’autrui.

Par ces Motifs,

Le Tribunal Suprême de l’Eglise de l’Unité déclare la plainte contre le délinquant excommunié Mar Mariam Michaelus Nkoa recevable et fondée,
Déclare la circulaire de ce dernier diffamatoire, calomnieuse et porte atteinte à l’honneur et la réputation d’autrui,
Demande à tout le clergé de l’Eglise de l’Unité d’informer les fidèles,
Déclare Mar Mariam Michaelus Nkoa hérétique donatiste,
Décide l’excommuniation du délinquant Mar Mariam Michaelus Nkoa de l’Eglise de l’Unité et du Corps Mystique du Christe au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Amen

Prononcé au Tribunal Suprême de l’Eglise de l’Unité en présence du Pontife Général à 01H38 le dimanche 21 juillet 2019
Lu et approuvé

 Benjamin Premier
 ++++ Pontife Général

Le Tribunal Suprême présente au Ministre camerounais de l’Administration territorial et de décentralisation la vraie image de Félix De Valoix NOMO alias JULES PREMIER suite à sa condamnation et sa réduction à l’état laïc

Félix De Valoix NOMO alias JULES PREMIER épinglé par le Tribunal Suprême, condamné et réduit à l’état laïc

Arrêt du Tribunal Suprême numéro 22719/1/CAMEROUN/2019

Réduction à l’état laïc de Monsieur Félix De Valoix NOMO alias JULES PREMIER, ecclésiastique excommunié et déchu de tous les titres qu’il a reçus de l’Eglise de l’Unité

LE TRIBUNAL SUPRÊME DE L’EGLISE DE L’UNITE saisi en extrême urgence, suite à l’écrit adressé par Monsieur Félix De Valoix NOMO au Ministre de l’Administration territorial et de décentralisation, aux termes desquels le Pontife Général BENJAMIN PREMIER serait mentalement instable d’après un médecin français et devrait être l’interdit de se rendre au Cameroun pour une période de cinq ans.

Or, contrairement aux fausses affirmations diffamatoires de Monsieur Félix De Valoix NOMO alias JULES PREMIER, ecclésiastique excommunié et déchu de tous les titres qu’il a reçus de l’Eglise de l’Unité, le Professeur bordelais Michel DEMANGEAT a examiné Sa Sainteté BENJAMIN PREMIER et a affirmé « n’avoir constaté chez ce prélat aucun signe de maladie mentale. L’anamnèse ne révèle dans le passé aucun signe de souffrance psychique ni de troubles pouvant faire redouter quelques déséquilibres mental ou caractériel » chez le Pontife Général de l’Eglise de l’Unité. (cf. page 165 de la Cote D 227 ; N° Parquet : 15104000018, N° Instruction : JICABJI215000041).

Par ces Motifs,
Le Tribunal Suprême de l’Eglise de l’Unité condamne Félix De Valoix NOMO alias JULES PREMIER en tant que faussaire et calomniateur et le réduit à l’état laïc. 
Prononcé au Tribunal Suprême de l’Eglise de l’Unité en présence du Pontife Général à 22H06 le lundi 22 juillet 2019
« Lu et approuvé »
Benjamin Premier
++++ Pontife Général

Mgr Nasser GEMAYEL, l’évêque des maronites en France est visé par une plainte pour fausses déclarations, diffamation publique et atteinte à l’honneur et à la dignité de Sa Sainteté Benjamin Premier, Pontife Général de l’Église de l’Unité

Monsieur le Procureur de la République

Tribunal de Grande Instance de Paris

220 PARVIS DU TRIBUNAL

75859 Paris Cedex

Concerne :                 Diffamation publique et atteinte à l’honneur et la réputation de Jean ABBOUD, en religion BENJAMIN PREMIER, Pontife Général de l’Eglise de l’Unité.

Madame, Monsieur le Procureur de la République,

J’ai l’honneur de déposer plainte pour calomnie et diffamation publique contre le dénommé Maroun Nasser Gemayel, Evêque des Maronites de France et le Substitut du Procureur de la République de Dax pour diffamation publique et atteinte à l’honneur et la dignité d’autrui.

Dans le cadre d’une dénonciation calomnieuse déposée à mon encontre par le dénommé Michel SAFFROY (cf. pièce 02) et son fils Florian SAFFROY (cf. Pièce 03), l’évêque démissionnaire de Dax, Mgr Hervé GASCHIGNARD, a été entendu sous serment le 15 juin 2015 par un Officier de Police Judiciaire.

Durant cette audition il a déclaré ce qui suit :

« En novembre 2014, à l’assemblée des évêques de France, j’ai rencontré Monseigneur GEMAYEL, l’évêque des Maronites en France, auquel j’ai demandé s’il connaissait « Mgr Jean ABBOUD », de l’église Melkite, qui résiderait à Bruxelles. — Mgr Nasser GEMAYEL a passé quelques coups de fil, et il m’a ensuite dit que « Jean ABBOUD » était un « escroc dangereux », très négatif. Il me disait que les clignotants étaient « au rouge », ce qui voulait dire qu’il fallait faire très attention. Il m’a dit qu’il avait déjà eu des ennuis judiciaires avec une congrégation religieuse. Je n’ai pas posé plus de questions (cf. Pièce 04). »

Madame Solenne MOTYL, Vice-Président chargé de l’instruction au Tribunal de Grande Instance de Mont-de-Marsan a ordonné une commission rogatoire au Liban pour vérifier les faits qui me sont reprochés.

Par courriel du 25 juillet 2016, la réponse est arrivée du Liban dont détail : « ABBOUD Jean, fils de Ibrahim et de Hind, né le 18/10/1960 à Aïdamoun Akkar, de nationalité Libanaise est inconnu des fichiers de la justice Libanaise, et n’a pas d’antécédents judiciaires dans ce pays » (cf. Pièce 05).

Monseigneur Nasser GEMAYEL, l’évêque des Maronites en France a été démasqué en ce qui concerne ses affirmations.

En ce qui concerne les « ennuis judiciaires avec une congrégation religieuse », j’ai été reconnu innocent par les autorités judiciaires libanaises et les Religieuses Basiliennes Chouérites ont été condamnées (cf. Pièce 06).

Le Substitut du Procureur de la République de Dax s’est servi des paroles diffamatoires de Monseigneur Nasser GEMAYEL le 27 mai 2019 pour demander au Tribunal de me faire condamner.

Ce substitut n’est pas sensé ignoré le rapport joint me concernant des autorités libanaises et sa déclaration a été reprise par la presse française et sur internet.

En conséquence, je porte plainte contre l’évêque Nasser GEMAYEL et ce Substitut du Procureur de la République de Dax, qui est indigne d’être compté parmi les nobles magistrats de la République Française, pour diffamation publique, atteinte à l’honneur et à la dignité d’autrui.

Vous remerciant de bien vouloir m’informer des suites que vous donnerez à cette affaire, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur le Procureur de la République, l’expression de mes salutations distinguées

Jean ABBOUD

  1. C
  2.  

Félix Devalois Nemo poursuivi pour diffamation à l’encontre du Pontife Général de l’Église de l’Unité

Monsieur le Procureur de la République

Palais de Justice,

Rue du Musée National

Yaoundé

Cameroun

Monsieur le Procureur,

En ma qualité de Juge d’instruction ecclésiastique, chargé des affaires pénales au Tribunal Suprême de l’Eglise de l’Unité, je porte à votre connaissance les faits suivants :

Le 29 juin 2019, Sa Sainteté Benjamin Premier, Pontife Général de l’Eglise de l’Unité, a couronné Monsieur Félix Devalois NOMO alias JULES PREMIER, Patriarche Orthodoxe de l’Unité.

Les évêques nommés par le Pontife Général ont confié environ un million de francs à ce dernier dans le but de louer le lieu de leur sacre épiscopal.

Monsieur Félix Devalois NOMO alias JULES PREMIER a volé cet argent et a tenté de justifier ce vol par l’aménagement de son lieu de culte, l’achat d’une cathèdre à 200.000 francs, des micros et par le paiement des journalistes pour se faire connaître.

Les évêques nommés et moi-même avons demandé à Sa Sainteté de ne plus couronner Monsieur Félix Devalois NOMO, mais face à une procédure de destitution complexe, le Pontife Général a rejeté notre demande.

Monsieur Félix Devalois NOMO voulait être le seul Patriarche du Cameroun et, croyant pouvoir défier notre Pontife Général, il a commencé des manœuvres de manipulation dans le but d’étendre son pouvoir sur toute l’Eglise de l’Unité au Cameroun.

Pour ce faire, Monsieur Félix Devalois NOMO décide la destitution du Pontife Général qui l’a élevé au rang d’Archevêque et de Métropolite avant de le nommer Patriarche Orthodoxe de l’Unité.

Face à cette rébellion, Monsieur Félix Devalois NOMO a été déchu par le Pontife Général des titres d’Archevêque, de Métropolite et de Patriarche et notre Tribunal Suprême l’a reconduit à l’état laïque (cf. Pièce 01).

Face à ces sanctions canoniques draconiennes, Monsieur Félix Devalois NOMO a entamé une campagne de diffamation publique à l’encontre de notre Pontife Général.

En tant que Juge d’instruction, j’ai consulté nos archives pour connaître la personnalité de Monsieur Félix Devalois NOMO.

Parmi les plaintes déposées à son encontre, je me suis intéressé à celle qui nous est parvenue le 17 mars 2019, du Père diacre Christian Garroy Yenga (cf. Pièce 02).

Le Père diacre Christian Garroy Yenga a décrit Monsieur Félix Devalois NOMO comme étant un « hypocrite-vendeur d’illusion ».

D’après le Père diacre Christian Garroy Yenga, « l’impression » que Félix Devalois NOMO donne « n’est qu’une pure tromperie et illusion » par lesquelles il réduit sa victime « à un simple objet d’exploitation pour ses fins personnelles ».

Félix Devalois NOMO est, d’après le Père diacre Christian Garroy Yenga, un homme qui a « double visage » et qu’il constitue « un danger pour la foi que proclame l’Eglise et un danger pour la société ».

Le dimanche 03 mars 2019, le Père diacre Christian Garroy Yenga s’est rendu compte qu’il ne servait pas le Seigneur mais un individu qui le trompe par ses propos flatteurs et hypocrites.

Monsieur Félix Devalois NOMO a accusé le Père diacre Christian Garroy Yenga :

  1. du vol d’un document tout en sachant que ce document lui a été confié par Monsieur Félix Devalois NOMO lui-même,
  2. d’avoir falsifié les entêtes des lettres qu’il a signées de ses mains,
  3. d’avoir signé à la place d’un certain Père Marc, alors que le nom dudit père Marc n’est que figurant dans le dossier en question d’après Monsieur Félix Devalois NOMO,
  4. d’être responsable de la réduction de son pouvoir dans l’Eglise de l’Unité au Cameroun sous prétexte que c’est suite à sa réaction à l’une des publications de Sa sainteté le pontife Général, visant à annuler les chèvres et autres que Monsieur Félix Devalois NOMO voudrait exiger aux Evêques élus, que le pontife Général a nommé Mgr Nyemb métropolite.

Suite à ces accusations, Monsieur Félix Devalois NOMO a interdit au Père diacre Christian Garroy Yenga d’entrer chez lui à mokolo durant une période de six mois.

Il l’a interdit également de récupérer ses objets sacrés et produits d’une valeur de trois cent quatre-vingt-mille francs (380 000 FCFA).

De plus, le Père diacre Christian Garroy Yenga a donné à Monsieur Félix Devalois NOMO une somme de quatre-vingt-cinq mille francs (85000 FCFA) pour les travaux.

Monsieur Félix Devalois NOMO s’est prononcé défavorablement sur le salut du Père diacre Christian Garroy Yenga et, en se prenant pour un dieu, il a menacé ce dernier de le faire maudire par lui-même.

A CES CAUSES

Plaise à Monsieur le Procureur, de recevoir la présente plainte dirigée contre Monsieur Félix Devalois NOMO et toutes les personnes impliquées des chefs de :

  • Diffamation publique par fausses accusations,
  • Abus de confiance et,
  • Atteinte à l’honneur et à la dignité du Pontife Général de l’Eglise de l’Unité dans une parfaite violation de la présomption d’innocence.

Fait à Genève (Suisse) le 29 juillet 2019

Pour le Tribunal Suprême de l’Eglise de l’Unité

Jean AFANA

Juge d’Instruction Ecclésiastique

  • Pièce unique jointe :
  1. Arrêt de reconduction à l’état laïque de Monsieur Félix Devalois NOMO
  2. Plainte du 17 mars 2019                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             

Message de Benjamin Premier Abboud pour le Dimanche de Pâques « Viens Seigneur ! Maranatha ! מרנא תא: maranâ thâ’ ! » (Apocalypse 22:20)

1er Avril 2018

PATRIARCAT DE L’ÉGLISE DE L’UNITÉ

Dimanche 1er avril 2018 : Message du Patriarche Benjamin Premier Abboud adressé au monde, cette année, à l’occasion du Dimanche de Pâques.

* * *

1. « Viens Seigneur ! Maranatha ! מרנא תא: maranâ thâ’ ! » (Apocalypse 22:20)

Mes bien-aimés,

Le Christ est ressuscité Alléluia !

Par cette acclamation surgit l’espérance qui nous permet de surmonter les épreuves dans un monde durement éprouvé.

Oui, mes bien-aimés, en perdant tout espoir nous devenons fatalistes, nous nous enfermons dans l’immobilisme et nous sombrons dans le découragement .

Mais, par la résurrection, Jésus nous offre la certitude de l’existence éternelle de sa divinité, l’espérance de vivre auprès de lui et l’attente de son retour pour nous sauver de Lucifer et de ses anges rebelles et nous sauver de nos frères et sœurs humains qui ont le plus besoin de la miséricorde de Dieu .

Contemplons jour et nuit le retour de Jésus dans la gloire.

Jésus nous a promis de venir en disant : « vous verrez le Fils de l’homme … venir sur les nuées du ciel» (Matthieu 26.64).

L’Apocalypse de Jean s’achève sur ce témoignage de Jésus ressuscité : « Oui, je viens ! ». Ce à quoi Jean répond « Amen ! Viens, Seigneur Jésus ! ».

Nous vivons dans un état critique de l’histoire de l’humanité et notre seul espoir de paix reste cette venue tant attendue de notre Dieu Jésus Christ : « que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel » (Matthieu 6.10).

Cette « bienheureuse espérance » (Tite 2.13) peut nous permettre d’échapper au terrorisme et au machiavélisme politique qui alimentent jour après jour le feu d’une troisième guerre mondiale.

2. Mes bien-aimés, nous sommes déjà en Dieu comme les poissons dans l’eau ! Cette certitude nous a été donnée par la Parole de Dieu et est conffirmée par le mystère de l’Eucharistie.

Je vous parle de certitude et non de foi sachant que Jésus nous a donné la preuve scientifique de la transsubstantiation par le miracle de Lanciano en Italie.

Aussi, je vous demande de vous pencher vers ce miracle eucharistique pour mieux vivre ce grand mystère et votre foi en ce Dieu d’amour qui s’est incarné en Marie, Sa Mère et la notre.

Ce Jésus que nous avons crucifié est vraiment ressuscité et ne cesse de rester avec nous jour et nuit jusqu’à la fin de notre vie terrestre.

Ce Jésus est l’ami le plus fidèle et le soutien le plus rassurant sur les routes du temps !

3. Tu es en nous et avec nous

Tu es le Verbe, le Vrai Dieu, le Vivant et la Vie !

Pas de paix sur la terre sans Toi !

Nous Te prions pour les consacrés, Ton peuple d’enfance les palestiniens musulmans, juifs et chrétiens !

Nous Te prions pour l’Égypte et tous les pays africains, asiatiques, australiens, européens et américains !

Nous Te prions pour tous les pays du monde, là où tant de sang continue à être versé !

Nous Te demandons la paix pour toute l’humanité et particulièrement les pays qui sont toujours menacée par le danger de guerres.

Montre Toi à nous comme Tu l’as fait à Saint Paul après ta résurrection pour faire de nous Tes disciples !

Aide les évêques et prêtres à connaître de plus en plus Ton mystère de Pain de vie éternelle, rompu et distribué pour nourrir Ta présence en nous !

Donne-nous, à nous aussi, la force de célébrer quotidiennement la Sainte et Divine Liturgie !

Donne nous la bonté et la charité nécessaires pour une solidarité généreuse envers ceux qui souffrent et meurent de misère et de faim, et ceux qui sont décimés par des épidémies ou touchés par des catastrophes naturelles !

Que la puissance de Ta Résurrection nous approche de plus en plus de Toi !

Nous T’aimons Seigneur !

Nous espérons en Toi !

« Toi seul tu as les paroles de la vie éternelle » (cf. Jn 6, 68).

Le Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité !

Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !

Joyeuse fête de la Résurrection !

Avec ma bénédiction apostolique au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Amen

+++ BENJAMIN PREMIER ABBOUD

Patriarche de l’Église de l’unité et votre serviteur

رسالة الفصح لصاحب القداسة البطريرك بنيامين الأول عبود

يا أحبائي،

المسيح قام حقاً قام! هللويا !

“لو لم يقم المسيح لكان إيمانُنا باطلاً” (1قورنتوس 14:15).

نحن أبناء القيامة !

نحن أبناء المسيح الحي الذي لا يموت !

نحن أبناء الله المتجسد في المسيح القائم من الموت !

نحن أبناء القائم من بين الأموات والقائل : “إِنِّي أُوليتُ كُلَّ سُلطانٍ في السَّماءِ والأَرض. فاذهَبوا وتَلمِذوا جَميعَ الأُمَم، وعَمِّدوهم بِاسْمِ الآبِ والابْنِ والرُّوحَ القُدُس، وعَلِّموهم أَن يَحفَظوا كُلَّ ما أَوصَيتُكُم به، وهاءنذا معَكم طَوالَ الأَيَّامِ إِلى نِهايةِ العالَم” (متى 18:28-20).

في الجليل انتهت رسالةُ يسوع على الأرض. وفي الجليل أيضاً تبدأ رسالة التلاميذ، تماماً كما شاء المعلّم وأراد، وكما طلب الملاك الذي كان يحرس القبر الفارغ من النسوةَ الخائِفات.

نحن أبناء من قال لهم الملاك عن المسيح :  » إِنَّه قامَ وهذا هو المَكانُ الَّذي كانوا قد وضَعوه فيه. » (مرقس 6:16-7).

نحن نفتخر بالمسيح القائم من بين الأموات لأنه “لا خَلاصَ بأَحَدٍ غَيرِه، لأَنَّه ما مِنِ اسمٍ آخَرَ تَحتَ السَّماءِ أُطلِقَ على أَحَدِ النَّاسِ نَنالُ بِه الخَلاص” (أعمال الرسل 12:4).

المخلص هو المسيح وكل من يريد أن يحمل أسم المخلص هو دجّال لأنه « لا خلاص بأحد غيره » لأنه الله الذي جاءنا بجسد بشري ليخلصنا.

المسيح هو ربُّنا وإلهنا ومخلِّصُنا ونحن شعبه وهو رأس الكنيسة وجميعنا خدّامه.

نحن شهود القيامة على هذه الأرض رغم همجية الإرهاب ووحشيته وثقافته الخالية من المحبة والتسامح والنقاء والمغفرة.

علينا الإلتزام بالإنجيل وعلينا أيضاً أن نضع المحبة نصب أعيننا في التبشير والإستشهاد لأجل المسيح لأجل خلاص الجميع ولأجل بناء عالم خالٍ من الإرهاب والإرهابيين وإحلالِ العدل والسلام في الشرق الأوسط والأدنى وفِي كل مكان شوهته الهجمات الإرهابية الحمقاء.

فيا أحبائي،

هذه العصابات الإرهابية التي ندين بأشد العبارات وأقساها شوهت صورة الله وجعلته آلة بين يديها باسمه تقتل وتخطف وتجبر الناس اعتناق ديانتهم وباسمه تتاجر بالنساء وباسمه تحلل نساءنا لأهوائهم وشهواتهم.

كما ندين أيضاً كل رجل دين أو معمد يلتزم بالصمت والحياد أمام ما نشهده من فظائع تُرتكب باسم الشيطان إلههم لأننا كما بطرس ويوحنا: “لا نَستَطيعُ السُّكوتَ عن ذِكْر ما رَأَينا وما سَمِعْنا” (أعمال الرسل 20:4).

فيا أحبائي، بشروا بالمسيح القائم من بين الأموات لأنه الله الذي يرافقنا دائماً وسيجازينا على أفعالنا. قال القديس بولس: “إذا بَشَّرتُ، فلَيسَ في ذلك لي مَفخَرَة، لأَنَّها فَريضةٌ لا بُدَّ لي مِنها، والوَيلُ لي إِن لم أبَشِّر!” (1قورنتوس 16:9).

التبشير هو ينبوع للفرح الروحي الداخلي حتى لو جَلَبَت لنا العذاب والآلام والاضطهادات ممن يجهلون المسيح.

الأرض تتخبط بالحروب وبالخصومات والإضطهادات ورغم ذلك علينا عدم نسيان وعد القائم من بين الأموات والحي الذي لا يموت عندما قال : « لا تخافوا هاءنذا معَكم طَوالَ الأَيَّامِ إِلى نِهايةِ العالَم ” (متى 28).

روح الله يملأ الكون وهو لا بداية له ولا نهاية وهو يسكن فينا ويقيم فيما بيننا في كل مكان وزمان أعني اليوم وغداً وبعد غد وإلى الأبد لأنه « القيامة والحياة” (يوحنا 25:11).

كونوا له ومعه بكل إيمان ومحبة وهو قادر أن يخلصنا حتى ولو تَشتَّتنا وهاجرنا ودمرت بيوتنا وبلداتنا ومدننا ودُنِّسَت كنائِسنا واختطف أساقفتنا وكهنتنا وسجن أبرياء شعبنا وقتل أتقانا.

اِرحم أيها القائم من بين الأموات قلة إيماننا وارأف بنا على قلّةِ فهمنا لسر خلاصك لنفوسنا وللخطأة وضعفنا وقلّة صبرِنا وفهمنا لمشيئتك القدوسة.

تعال وخلصنا من سياسات هذا العالم الغدارة والعنيفة كما خلصت تلاميذك عندما صرخوا قائلين : “يا مُعَلِّم، أَما تُبالي أَنَّنا نَهلِك ؟” (مرقس 38:4).

لنصلِّي يا أحبائي حتى يأتي “القيامة والحياة” ليخلِّصَنا من الحقد الإرهابي الأعمى ومن ضعف إيماننا ونقصِ رجائنا.

لنصلي أيضاً حتى يعم فرح القيامة العالم أجمع لأن مُخلِّصَه الأوحد والوحيدَ قام من الموت لأنه الله المتجسد له العزة والمجد الى دهر الداهرين. آمين

فصحٌ مجيدٌ لكم يا أحبائي

المسيح قام حقَّاً كما سبق وقال. هللويا ! هللويا ! هللويا !

+++ بنيامين الأول عبود

بطريرك كنيسة الوحدة وخادم خدامها